Qu’elle devienne numérique ou biométrique, votre carte vitale contiendra un grand nombre de vos données personnelles de santé et sera directement liée à votre espace de santé en ligne.

 

 

Dès l’automne, une nouvelle carte vitale biométrique sera lancée. Sur le principe, rien de compliqué, « on ajoute une donnée supplémentaire qui est l’empreinte digitale pour être sûr que le porteur de la carte est bien la personne soignée », expliquait Philippe Mouiller, sénateur des Deux-Sèvres à l’origine de cet amendement ajouté au projet de loi de finances rectificative voté définitivement le 4 août.

Une puce contenant des données relatives à votre physique telles que votre poids, votre taille, vos empreintes, votre genre, serait intégrée à votre carte vitale classique.

En vous demandant votre carte vitale biométrique – fortement inspiré du modèle de la carte d’identité – lors d’une consultation, votre médecin aura accès à votre dossier médical partagé centralisant toutes vos données de santé.

Une plus grande traçabilité du patient

Si cette nouvelle version n’est pas encore au stade du prototype, d’ici 2023, vous allez pouvoir ajouter votre carte vitale à votre portefeuille virtuel de votre smartphone .

En visite chez votre médecin traitant ou tout autre spécialiste, vous serait identifié grâce à un QR code ou en déposant votre smartphone directement sur le lecteur du professionnel de santé. Ce dernier aura là aussi directement accès à votre historique de santé en étant connecté à votre espace de santé en ligne.

L’idée de cette carte vitale virtuelle est toujours la même : permettre une plus grande traçabilité du patient, de l’ordonnance et de la carte vitale afin de limiter la fraude sociale.

Bon à savoir : Chaque ordonnance prescrite disposera d’un code barre avec un numéro unique sur l’ensemble du territoire d’ici 2023, 2024 au plus tard.

Articles sur le même thème

Centres de santé, un agrément obligatoire pour protéger les patients ?

Centres de santé, un agrément obligatoire pour protéger les patients ?

Une proposition de loi, débattue ce mercredi, veut imposer aux centres dentaires et ophtalmologistes un agrément afin de mieux protéger les patients.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (3,00 )

Acheter

De nouvelles conditions pour bénéficier des prestations sociales

De nouvelles conditions pour bénéficier des prestations sociales

Le Sénat a durci les moyens pour lutter contre la fraude sociale prévus par le projet de loi de financement de la sécurité sociale. Voici ce qui pourrait changer dès le 1er janvier.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (2,00 )

Acheter