De nouveaux décrets et arrêtés autorisent les pharmaciens, infirmiers et sages-femmes à réaliser 14 vaccins avec ou sans prescription médicale, en plus de celui contre la grippe saisonnière.

Depuis le 24 avril, les pharmaciens, infirmiers et sages-femmes peuvent réaliser quinze vaccins contre quinze maladies, sans qu’une ordonnance soit toujours nécessaire. En signant deux décrets et quatre arrêtés relatifs à l’élargissement des compétences vaccinales de ces professionnels de santé, le ministère de la Santé a fini par suivre un avis de la Haute autorité de santé émis le 28 janvier dernier. L’autorité publique indépendante souhaitait ainsi améliorer la couverture vaccinale des Français.

À y regarder de plus près, l'accès aux vaccins n'en est pas vraiment simplifié.

Cinq vaccins sans ordonnance

Jusqu’à présent vous ne pouviez demander à votre pharmacien ou votre infirmier libéral de vous vacciner seulement contre la grippe saisonnière et le Covid.
Désormais, vous pourrez aussi vous tourner vers eux et votre sage-femme pour les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche sans ordonnance de votre médecin traitant, à condition d’être âgé de plus de 16 ans.

Attention cependant, pour le moment ni le vaccin ni l’injection ne sont pris en charge, donc remboursés, par l’Assurance Maladie, si vous n’avez pas d’ordonnance. Pour rappel, si vous disposez d’une ordonnance pour un vaccin, il vous faut payer tout de même 7,50 euros au professionnel de santé qui vous l’injecte.

Bon à savoir :  Il va falloir attendre le 1er octobre 2022 pour que tous ces vaccins soient remboursés, avec ou sans prescription médicale.

Dix vaccins encore sur prescription

« Les vaccins à prescription obligatoire ne peuvent être administrés par les pharmaciens, infirmiers ou sage-femme que sur présentation d’une ordonnance médicale », précise la Fédération des pharmaciens d’officine. Les décrets et arrêtés font effectivement la distinction entre ceux en vente libre et les autres.
Dix ne sont pas en vente libre et nécessitent donc d’être prescrits par un professionnel de santé afin de vous être injecté. Il s’agit des vaccins contre :

  • les papillomavirus humains ;
  • les infections invasives à pneumocoque ;
  • l'hépatite A ;
  • l'hépatite B ;
  • les méningocoques de sérogroupe A, B, C, Y, W ;
  • contre la rage.

Articles sur le même thème

Peut-on tout dire au bureau ?

Peut-on tout dire au bureau ?

Remettre en cause publiquement les directives de sa supérieur hiérarchique ne justifie pas un licenciement, rappelle la Cour de cassation dans un arrêt du 21 septembre.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (3,00 )

Acheter