Prolongée jusqu’au 31 décembre 2023, la garantie de prêt « France Num » facilite l’obtention d’un prêt pour financer la transformation numérique des plus petites entreprises.

C’est une bonne nouvelle pour les entreprises de moins de 50 salariés qui ont besoin d’aide pour améliorer leur transformation numérique.

La garantie de prêt « France Num », lancée en décembre 2020, est prolongée jusqu’au 31 décembre 2023. Les conditions pour en bénéficier sont, néanmoins, nombreuses et assez restrictives .

Cette aide est fournie par la banque publique d’investissement Bpifrance. Elle vise à garantir jusqu’à 80% des prêts dont le montant est compris entre 5 000 euros et 50 000 euros, sur une durée d’amortissement comprise entre 2 et 5 ans, dont un différé d’amortissement d’un an.

Attention toutefois, tous les projets sont ne pas éligibles à ce prêt et les dépenses ne sont pas couvertes à 100%.

Des domaines précis

Pour être couvert par la garantie, le prêt doit servir à une amélioration de votre entreprise dans l’un des domaines suivants :

  • la relation client ;
  • le développement commercial ;
  • la sécurité informatique ;
  • l’utilisation du numérique pour développer de nouveaux produits ou services ;
  • la gestion de la chaîne logistique ;
  • la formation des salariés et de la direction aux compétences informatiques ;
  • la modernisation des processus internes à l’entreprise comme le processus de recrutement.

Les dépenses concernées

Avec cette aide, si votre entreprise compte moins de 50 salariés, vous pourrez acquérir des logiciels, des licences informatiques, recruter et former vos équipes.

Néanmoins, certaines dépenses sont exclues de cette garantie telles que le financement d’un précédent crédit, une opération de croissance externe, un crédit bail, un prêt in in fine ou bien encore une opération visant à financer uniquement le besoin de fonds de roulement.

Bon à savoir : La garantie de prêt « France Num » contribue à la transformation de votre entreprise dans la limite de 40% du projet global.

 

Articles sur le même thème

Le procès du prompt art

Le procès du prompt art

Trois d’artistes américains ont porté plainte contre les intelligences artificielles génératrices d’images, Midjourney, Stability AI et DeviantArt, pour pratiques anticoncurrentielles et violation du droit d’auteur.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (3,00 )

Acheter