La créativité, l’adaptabilité des sociétés confrontées à de graves crimes est au cœur de la justice transactionnelle. Même si ses objectifs fondamentaux – mettre fin à la violence et éviter leur répétition en identifiant ses causes profondes et en apportant des réponses aux victimes – demeurent intacts.

 

 

Cette chronique est proposée par Jean-Pierre Massias, président de l’Institut francophone pour la justice et la démocratie (IFJD) et professeur de droit, en collaboration avec la rédaction de JusticeInfo.net.

Comment est apparue la justice transitionnelle ? Comment a-t-elle connu son essor dans les années 1990 ? Pourquoi est-elle conditionnée par l’environnement dans lequel elle se développe ?

Voici cinq situations types dans lesquelles est mobilisée cette justice qui remonte le temps, cette justice de passage, qui veut prévenir la répétition de la violence en se plongeant dans ses causes.

Articles sur le même thème

Mickey, Winnie, Sherlock Holmes… et le domaine public

Mickey, Winnie, Sherlock Holmes… et le domaine public

2023 signe la grande année du domaine public pour des œuvres majeures du cinéma et de la littérature. D’autres moyens existent pour continuer à les protéger.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (3,00 )

Acheter

Football : l’UEFA abuse-t-elle de sa position dominante ?

Football : l’UEFA abuse-t-elle de sa position dominante ?

Dans un avis consultatif rendu le 15 décembre, l’avocat général de la Cour de justice de l’UE s’est prononcé sur la conformité de l’UEFA aux règles du droit européen de la concurrence.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (4,00 )

Acheter

La Cour suprême rejette tout référendum sur l’indépendance écossaise

La Cour suprême rejette tout référendum sur l’indépendance écossaise

L’Écosse ne peut pas organiser un référendum sur son indépendance sans l’accord du Royaume-Uni. Ainsi en a finalement décidé la Cour suprême mercredi.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (5,00 )

Acheter