Largement connu des geeks et gamers, le métavers n’est qu’une réalité lointaine pour l’ensemble de la société française. Pourtant, il est l’endroit pour resserrer les liens entre les notaires et leurs clients.

Cette chronique partenaire est proposée par Guillaume de Bruc, directeur général de Septeo Solutions pour les notaires.

Les usages perçus du métavers restent principalement centrés autour du divertissement, les Français n’appréhendant pas encore la diversité des débouchés proposées par cette technologie.

Selon un sondage Ifop-Talan paru en janvier dernier, seuls 35% d’entre eux savent de quoi il s’agit dont 14% précisément. Pourtant, le métavers a le potentiel pour croître jusqu’à 5 billions de dollars en valeur d’ici 2030 dans le monde entier, sd’après un rapport publié par McKinsey en juin.

Des secteurs économiques en tireront plus profit que d’autres : le commerce électronique en tête (2,6 billions de dollars) devançant des secteurs tels que l’apprentissage virtuel (270 milliards de dollars), la publicité (206 milliards de dollars) et le jeu (125 milliards de dollars).

Accompagner la transition de crypto-actifs

Le métavers ouvre aussi des opportunités de développement et d’approfondissement de la pratique notariale sans précédent. La profession commence à s’en emparer avec une littérature profuse et des colloques de réflexion dédiés à ces sujets, récemment le forum TecNot du 4 octobre 2022 à Paris.

Néanmoins, elle n’a pas encore investi concrètement le champ du métavers alors que son développement va, à tout le moins, augmenter le besoin de conseil des particuliers et des entreprises qui décideraient d’exploiter les potentialités de l’au-delà numérique.

Une partie de la population a, aujourd’hui, investi dans l’acquisition de crypto-actifs. En dépit des oscillations financières conjoncturelles, cette tendance devrait s’accentuer dans les prochaines années.

Cette partie de la population, souvent jeune, consulte très peu les professions juridiques susceptibles de leur délivrer du conseil, au premier rang desquels figurent les notaires ou avocats. Ce faisant, elle n’a pas anticipé la transmission éventuelle de ces actifs si particuliers à leurs proches proches.

Or, le notaire est compétent pour renseigner, expliquer, orienter, conseiller puis accompagner.

Embarquer de nouveaux clients

La lame de fond de l’incursion récente sur le métavers, grâce à Septeo Solutions pour les notaires, est justement de permettre à ces professionnels du droit d’assumer ce rôle de conseil préliminaire et in fine d’ouvrir ce marché sur le terrain du titulaire de crypto-actifs.

Une sorte de notaire « hors les murs » ou de « conseil du coin » en version web 3.0. Nous savons que c’est une opportunité significative de développement que de se placer dans l’écosystème direct de ses clients potentiels.

Par ailleurs, la profession notariale, digitalisée depuis plusieurs années, est assez avancée en la matière, d’autant plus pour la nouvelle génération de notaires.

Cette digitalisation s’est faite dans un cadre classique 2.0 interactif. Elle s’est accélérée avec la pandémie de Covid-19 et les mesures de confinement ou de réduction des interactions qui en ont découlé (visioconférence, signature d’un certain nombre d’actes par voie dématérialisée, etc.).

Renforcer le lien humain

Avec le métavers, nous entrons dans un cadre 3.0 qui va plus loin et qui est largement immersif.

Il pourra rendre de fiers services en matière de visite immobilière, en matière successorale pour simplifier et pacifier le règlement des successions, mais également pourrait rendre plus « humaine » que ne le sont les « simples » réunions en visioconférence actuelles.

Innovateurs dans l’âme, notre mission est d’assurer la passerelle et les complémentarités entre le virtuel et le réel et d’inviter le futur dans le quotidien des activités de la profession notariale.

À lire aussi : Métavers, dystopie 3.0 ?

Articles sur le même thème

Baux commerciaux et Covid-19, les loyers du premier confinement sont dus

Baux commerciaux et Covid-19, les loyers du premier confinement sont dus

Les loyers des commerces fermés durant le premier confinement doivent être payés, insiste la Cour de cassation dans un arrêt rendu le 23 novembre.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (5,00 )

Acheter