Les cartes de vins et menus des bars et restaurants contiennent de nouvelles mentions obligatoires afin d'informer les clients sur l'origine des boissons proposées.

Information généralement donnée lorsque vous commandez une bouteille de vin dans un bar ou dans un restaurant, l’origine du vin est désormais obligatoire que vous consommiez sur place ou à emporter.

Elle s'ajoute à d'autres mentions obligatoires qui vous aideront à choisir le meilleur bar ou restaurant possible.

Une provenance détaillée...

Dès votre commande, vous saurez tout de la provenance du breuvage que vous avez sélectionné pour consommer avec modération que ce soit sous forme de bouteille, de pichet ou au verre.

En effet, depuis un décret publié le 22 juillet dernier, les bars, restaurants ou tout établissement titulaire d’une licence de débit de boisson à consommer sont obligés de préciser le ou les pays d’origine des vins qu’ils proposent.

À ces informations s’ajoutent la dénomination de l’appellation d’origine protégée ou l’indication géographique protégée de la boisson.

Lorsque les vins ne possèdent aucune de ces caractéristiques – connues sous les abréviations AOP, AOC et IGP –, il doit être signalé leurs natures tels que « vin mousseux de qualité », « vin pétillante gazéifié », « mélange de vins de différents pays de la communauté européenne ».

Bon à savoir : la dénomination de « vin de table » n’existe pas et ne doit être pas être utilisée. Si vous la voyez inscrite sur le menu ou la carte des vins, mieux vaut éviter la boisson désignée comme telle.

...et parfaitement lisible

Par souci de transparence sur l’origine des boissons proposées toutes ces informations sont indiquées de manière parfaitement lisible sur le menu, la carte des vins ou des boissons aux côtés du prix en euros (toutes taxes et services compris) et de la quantité en centilitre.

À retenir : Ne pas mentionner la provenance détaillée des vins proposés aux clients, est punie d’une amende de cinquième classe de 1 500 euros.

 

Articles sur le même thème

Le procès du prompt art

Le procès du prompt art

Trois d’artistes américains ont porté plainte contre les intelligences artificielles génératrices d’images, Midjourney, Stability AI et DeviantArt, pour pratiques anticoncurrentielles et violation du droit d’auteur.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (3,00 )

Acheter