Le projet de loi réformant l’assurance chômage compte élargir l’accès à la validation des acquis de l’expérience aux proches aidants et aidants familiaux.

L’expérience des aidants dans leur rôle quotidien sera-t-elle enfin prise en compte dans le monde professionnel ?

Pour les entreprises, la reconnaissance des compétences des aidants constitue un défi majeur alors que de plus en plus de salariés optent pour ce statut, allant parfois jusqu’à devoir quitter leur emploi.

Pourtant, pour s’occuper de proches malades ou en fin de vie mieux vaut savoir gérer les priorités, organiser son temps, faire des gestes de soins et faire faire preuve d’empathie.

Ces qualités sont notamment recherchées pour des métiers médico-sociaux ou d’aides à la personne, deux secteurs en forte tension.

Faciliter la recevabilité du dossier de VAE

Aujourd’hui, que vous soyez travailleur indépendant ou salarié, la validation des acquis de l’expérience vous est ouverte. Elle permet de valider les acquis de son expérience professionnelle tout au long de sa vie pour favoriser son évolution ou sa reconversion.

C’est pourquoi, le gouvernement propose dans son projet de loi « portant mesures d’urgence relatives au fonctionnement du marché du travail en vue du plein emploi», présenté en conseil des ministres le 7 septembre dernier, d’en élargir le périmètre d’accès.

À ce jour, la principale condition d’accès est de justifier d’au moins trois ans d’expérience à temps plein dans une activité en rapport direct avec le diplôme visé.

L’article 4 du projet de loi changerait la comptabilisation des périodes de mise en situation professionnelle.

Le fait d’avoir aidé un proche malade durant des années et donc de ne pas plus être au cœur de la vie professionnel, serait enfin dénombré et pris en compte comme critère de recevabilité.

Les salariés aidants en chiffres

  • Les aidants salariés représentent aujourd’hui entre 15 et 20% des effectifs des entreprises et passeront à 25% en 2030.
  • L’âge moyen auquel un salarié commence à jouer le rôle d’aidant est de 39 ans.
  • Le temps consacré par les aidants à s’occuper de la personne dépendante dont ils ont la charge est en moyenne de plus de 8 heures par semaine.
  • Dans 80% des cas, la période durant laquelle le salarié joue le rôle d’aidant dure entre 1 et 5 ans.

Source Insee

 

Articles sur le même thème

Congés durant le Covid-19, des dérogations limitées

Congés durant le Covid-19, des dérogations limitées

Les entreprises avaient-elles le droit d’imposer les jours de congés à tous leurs salariés durant le premier confinement ? La Cour de cassation pose un cadre pour la première fois.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (5,00 )

Acheter