En attendant que Doctolib prenne des dispositions pour réguler les praticiens inscrits sur sa plateforme, voici comment s’assurer qu’un médecin est en droit d’exercer.

Après une succession de crises, dont une enquête ouverte par le parquet de Montpellier pour exercice illégal de la médecin contre deux professionnels inscrits sur la plateforme, Doctolib a décidé de modifier ses règles d’inscription. « Aucune prise de rendez-vous ne sera désormais réalisée avant que la vérification du droit d’exercer du professionnel de santé ne soit effective », a indiqué que la plateforme de rendez-vous médicaux en ligne.

En attendant leurs mises en œuvre, voici quelques réflexes à avoir avant de rencontrer un professionnel de santé.

L’inscription à l’Ordre des médecins

Seuls les médecins inscrits à l’Ordre national peuvent exercer en France.

Pour ce faire, ils doivent remplir les trois conditions suivantes : être titulaire d’un diplôme reconnu, être inscrit au tableau de l’Ordre national des médecins et être de nationalité française, ressortissant d’un État membre de l’Union européenne ou partie à l’accord de l’Espace économique européen.

 À retenir : L’article L.411-1 du Code de la santé publique.

Ces conditions d’exercice sont valables pour tous les médecins, qu’ils consultent à l’hôpital, en cabinet, dans un centre ou une maison de santé.

Leur statut – salarié, libéral, collaborateur, médecin remplaçant – n’y changent rien.

En quelques clics sur le site de l’Ordre national des médecins, vous accédez à l’annuaire de tous ceux inscrits en droit d’exercer. Si vous ne trouverez pas le professionnel en question, c’est qu’il a été radié ou jamais inscrits.

Bon à savoir : Si le praticien est temporairement interdit d’exercice, par décision ordinale, ou définitivement radié, le motif n’est pas public.
Il reste à la discrétion de l’Ordre.

La salle d’attente

Une fois le rendez-vous pris, profitez de la salle d’attente pour obtenir le maximum d’informations sur votre médecin.

Les tarifs détaillés par acte, la convention d’honoraire et les modes de règlements autorisés y sont obligatoirement affichés.

Certains professionnels y exposent aussi leurs diplômes professionnels et leurs spécialités. Témoignant du parcours de votre médecin, ces indications sont une source précieuse de renseignements complémentaires.

Articles sur le même thème

Peut-on tout dire au bureau ?

Peut-on tout dire au bureau ?

Remettre en cause publiquement les directives de sa supérieur hiérarchique ne justifie pas un licenciement, rappelle la Cour de cassation dans un arrêt du 21 septembre.

La suite de cet article est réservée aux abonnés et en achat à la carte.

Déjà abonné ? Se connecter

Abonnement annuel (100,00 )

S’abonner

Abonnement mensuel (9,99 )

S’abonner

Article à l’unité (3,00 )

Acheter